les perles en verre de Murano

Statut
La discussion n'est pas ouverte à d'autres réponses

babette

Active Member
Les perles en verre de Murano


Elles attirent notre regard. Tellement belles, presque magiques, mais d’où viennent-elles, quel est leur secret ?

Les perles en verre de Murano … ce nom a quelque chose de mystérieux, d’envoûtant
Vous avez envie de savoir, alors suivez moi…pour la visite

Tout commence à Venise : A partir du XII ème siècle, Venise est alors la reine de la verrerie.
Elle offre de sérieux avantages par rapport à ses concurrents(Bohème, Egypte, Hollande) : réseau commercial évolué, flotte marchande puissante la reliant à la mer noire, à la Méditerranée et à l’Europe.
Elle possède à l’époque de nombreuses manufactures de perles.

En 1490, des lois édictées par le conseil des Dix (la plus grande puissance de la République Vénitienne) obligent les verriers à quitter Venise pour l’île de Murano.

A ce propos, j’ai trouvé 2 versions différentes :

La première version dit que les incendies dus aux projections d'étincelles des fourneaux ouverts devenaient trop fréquents dans une cité construite presque exclusivement en bois.

La seconde (qui je l’avoue me plaît plus par son petit côté mystérieux) raconte que les autorités craignent malgré tout la concurrence et veulent garantir le monopole de fabrication.

Pendant 50 ans les verriers de Murano, ne peuvent divulguer leurs secrets , ni aller s’établir ailleurs… sous peine de mort !

Après le transfert à Murano, la production de perles augmente considérablement grâce à l’évolution des techniques. les verriers sont fortement influencés par les objets de verre complexes de l’antiquité égyptienne et romaine. Les artisans de Murano réinventent le procédé d’étirage de cannes de verre creuses qui, remplaçant l’enroulage plus lent, autorise désormais la production en série de perles de dimensions diverses.

Les perles de verre sont classées d’après leur technique de fabrication : enroulage, étirage, moulage, soufflage.
Dans l’enroulage, nécessitant beaucoup de travail, l’artisan enroule le verre en fusion autour d’une tige comme du fil sur une bobine. Ces perles sont fabriquées individuellement et sont donc très coûteuses.
Par contre pour les perles en verre étiré, les verriers utilisent des baguettes étirées à trou central, à partir duquel de nombreuses perles identiques peuvent être réalisées. Elles sont donc relativement peu chères.

Ce sont principalement ces 2 techniques qui sont utilisées à Murano. Depuis des siècles les méthodes de fabrication restent inchangées. Elles sont restées secrètes mais on sait qu’il y a 15 étapes séparées.

L’une des plus intéressantes est l’étirage du verre en tubes creux.
Un globe creux de verre en fusion est fixé à 2 plaques métalliques munies de tiges. 2 hommes, chacun tenant une tige, courent rapidement en sens inverse pour étirer un tube de verre mesurant au minimum 90 mètres. La bulle d’air initiale s’allongeant produit un orifice dans toute la longueur du tube. Celui-ci est ensuite fragmenté en baguettes, puis les baguettes en perles, et les perles parachevées par traitements thermiques ou par meulage.

Les perles enroulées contrairement aux perles étirées ne nécessitent pas de grands fours. Elles sont produites à la lampe à huile par de petits artisans.

Vers 1615, les motifs se multiplient : perles millefioris, à chevrons, verre mosaïqué,…
On estime à plus de 100.000 les types et motifs de perles produits à Venise et à Murano.

Dès la renaissance, on imita le jaspe et la calcédoine, l’onyx et l’agate. La technique consiste à mélanger énergiquement des verres de différentes couleurs dans un creuset. Cela donne des effets marbrés.

Au XVème siècle, les maîtres verriers vénitiens diversifient leurs techniques et inventent des verres tantôt colorés, tantôt d'une transparence inégalée, tantôt blancs laiteux ou piquetés d'or.

aujourd'hui encore, les verriers de Murano maintiennent une telle qualité que certains objets sont considérés comme des oeuvres d'art et atteignent des prix vertigineux.

Mais l’histoire des perles de murano n’est pas terminée…on raconte qu’à la fin du xvème siècle,des centaines de milliers d’entre elles ont pris le bateau vers des contrées lointaines… mais ça, c’est une autre histoire !

Babette


Bibliographie :
L'histoire des perles par Lois Sherr Dubin
Perles d’Afrique par mf Delarozière
Perles et bijoux de fantaisie par Janet Coles, Robert Budwig
http://www.chezismael.com/
 

émilye

New Member
:merci002: :merci002: :merci002:​

Merci pour cette petite page d'histoire, c'est très intérressant.

:equipe:
 

moncheri

New Member
perles de murano

Merci beaucoup pour ce moment d'histoire,j'ai appris des choses.c'était trés interessant.:merci:
 

Mo~

Banni
Banni
Aujourd'hui si vous êtes dans le coin, il suffit de prendre un petit bateau par exemple à Lido di Jesolo tout proche de Venise, et de faire l'excursion jusque Murano (30min max si je me souviens bien) et de visiter cette petite île aussi belle que ses perles,visiter les artisans verriers, acheter des perles bien-sûr, et faire une superbe ballade... Au retour, passer par Burano, autre petite île aux petites maisons multicolores,spécialisée en dentelles.
Quelle bel aprem en souvenirs...
 
Statut
La discussion n'est pas ouverte à d'autres réponses

Hébergement d'image

Haut